Accueil Nutrivitalité
     
     


      DECOUVREZ
Rrraw,  le grand cru de chocolat cru  crée par Frédéric  Marr

    ________________________________________________
 

Au delà de notre assiette

.
Quand on observe attentivement notre système on peut affirmer que la manière de s’alimenter d’un humain sur 3 n’est pas morale.
.
 

Car l’incidence de la dérive alimentaire va bien au-delà de notre vitalité, notre santé et notre longévité. Ce qui se passe dans nos assiettes a aujourd’hui des répercutions sur l’ensemble de l’équilibre écologique et humain de la planète.

  
Kant qualifiait la morale en disant : « Une chose est morale si elle est généralisable à l’ensemble des êtres humains ». Hors notre système alimentaire n’est absolument pas généralisable à l’ensemble de l’humanité.
 
Le WWF (World Wide Fund for Nature) estime que si tous les humains devaient consommer comme les français, il faudrait 2 planètes supplémentaires pour produire les matières premières et évacuer les déchets.

.
Si le modèle alimentaire américain était mondialisé, nous pourrions nourrir 1 milliard d’humains …. mais devrions laisser mourir les 5 autres. Et c’est de ce modèle dont nous nous inspirons depuis un siècle et auquel aspirent aujourd’hui la plupart des pays émergeants.
 
Hors la capacité de production alimentaire actuelle nous permettrait de nourrir largement l’ensemble de la planète. Il faudrait pour cela adopter un régime alimentaire à dominante de protéines végétales, comme c’est le cas dans une très grande partie du monde, et dans l’assiette des peuples centenaires, depuis des millénaires.
 
Kant aurait-il trouvé moral que cohabitent 1.6 milliards d’adultes en surpoids (dont 400 millions d’obèses) et 2 milliards de personnes sous alimentés ?
.
Jean Ziegler, rapporteur de la commission des droits de l’Homme de l’ONU pour le droit à l’alimentation, a déposé un amendement pour que cette situation soit qualifiée de crime contre l‘humanité.
 
Et quel crédit doit-on apporter à un système qui contribue autant à l’asphyxie de la planète ?
Pour continuer à alimenter cette indigestion mondiale nous nous sommes lancé dans une agriculture irraisonnée et une surenchère agrochimique. L’utilisation d’engrais et de pesticides ont été multipliées par 4 au cours des 20 dernières années et en 1 siècle ont a stérilisé 25% des terres cultivables de la planète.
.
Pour compenser la mort des sols et satisfaire une demande croissante, essentiellement liées à la sur consommation de viande, nous devons chaque année détruire 17 millions d’hectares de foret ce qui représente 1/3 de la France.
 
Mais non seulement nous grignotons le poumon de la planète, mais en plus, nous déséquilibrons l’atmosphère avec émissions de Gaz à Effet de Serre (GES).  L’agriculture, le transport et l’industrie qui sont les 3 premières sources de GES sont désormais intimement liés à notre alimentation qui tend vers toujours plus de transport, de transformation et d’emballage.
.
Si on additionne le trajet de chacun des ingrédients d’un pot de yaourt à la fraise, celui-ci parcours 9000 km avant d’arriver sur notre table (WWWF) !
.